CO Derborence

  • 537 élèves
  • Durée 30 jours
  • 52 boîtes distribuées

soutenant

Centre Médio-Chirurgical de Kaya au Burkina Faso

Du 20.11 au 20. 12 2019, les 637 élèves du CO Derborence participe à une action solidaire en soutien du Centre Médico-Chirurgical de Kaya au Burkina Faso.
Le centre est actif dans le domaine de la réadaptation fonctionnelle des personnes en situation de handicap physique.
Les élèves du CO Derborence tentent de recolter CHF 40'000.- pour soutenir ce centre qui est au service des plus démunis, en particulier :

- l'achat des denrées alimentaires pour 12 mois
- l'achat des médicaments pour unen durée de 3 mois
- une contribution à la réhabilitation des toitures
- une contribution à la réhabilitation du réseau électrique

Nous vous remercions pour votre contribution.

Hospitalisation des patients

Article rédigé le 10.04.19

 

Ouéna Tambiré est Ivoirien, âgé d’une cinquantaine d’année, il a eu un accident de moto en octobre 2012.  Victime d’une double fracture au niveau de la hanche et du fémur, il a été opéré à trois reprises à l’hôpital de San Pedro en Côte d’Ivoire mais sa prothèse s’est infectée plusieurs fois. Ces échecs l’ont poussé à parcourir plus de 1’000 km pour tenter sa chance au CMC. Pris en charge durant la mission de novembre, les chirurgiens ont procédé à une ablation de la prothèse. Après des séances de physiothérapie et à une rééducation de 6 semaines, Ouéna devrait pouvoir retourner dans son pays natal. Le bouche-à-oreilles fonctionne jusqu’au-delà des frontières puisque c’est un de ses amis qui lui a conseillé de venir se faire soigner au sein du CMC.

Ouéna Tambiré est Ivoirien, âgé d’une cinquantaine d’année, il a eu un accident de moto en octobre 2012.

Victime d’une double fracture au niveau de la hanche et du fémur, il a été opéré à trois reprises à l’hôpital de San Pedro en Côte d’Ivoire mais sa prothèse s’est infectée plusieurs fois. Ces échecs l’ont poussé à parcourir plus de 1’000 km pour tenter sa chance au CMC. Pris en charge durant la mission de novembre, les chirurgiens ont procédé à une ablation de la prothèse. Après des séances de physiothérapie et à une rééducation de 6 semaines, Ouéna devrait pouvoir retourner dans son pays natal. Le bouche-à-oreilles fonctionne jusqu’au-delà des frontières puisque c’est un de ses amis qui lui a conseillé de venir se faire soigner au sein du CMC.

Yoda Sada a 7 ans, il habite à environ 6h de route du CMC en brousse où ses parents pratiquent l’agriculture et le commerce.  Quand il a commencé à marcher, très rapidement des problèmes aux genoux sont apparus. Ils se croisaient et entravaient fortement la marche. Sa maman pensait qu’il était paresseux mais il n’en était rien. Yoda ne pouvait rester qu’assis. Il a commencé à aller à l’école mais il ne pouvait y aller que difficilement. Les enfants se moquaient de lui et Yoda revenait souvent à la maison en larmes. Finalement Yoda a pu être opéré le 15 novembre 2018. L’opération a permis de corriger la déformation en redressant le fémur. Yoda est très heureux depuis l’opération comme il ne l’a jamais été auparavant ! Il n’arrête pas de répéter à sa maman qu’il pourra aller à l’école normalement comme les autres enfants. Il regarde ses pieds en disant « mes pieds ne sont plus les mêmes ». Malgré la contrainte des fixateurs externes, il sent qu’il va déjà beaucoup mieux et qu’il pourra retrouver une vie normale.

Yoda Sada a 7 ans, il habite à environ 6h de route du CMC en brousse où ses parents pratiquent l’agriculture et le commerce.

Quand il a commencé à marcher, très rapidement des problèmes aux genoux sont apparus. Ils se croisaient et entravaient fortement la marche. Sa maman pensait qu’il était paresseux mais il n’en était rien. Yoda ne pouvait rester qu’assis. Il a commencé à aller à l’école mais il ne pouvait y aller que difficilement. Les enfants se moquaient de lui et Yoda revenait souvent à la maison en larmes. Finalement Yoda a pu être opéré le 15 novembre 2018. L’opération a permis de corriger la déformation en redressant le fémur. Yoda est très heureux depuis l’opération comme il ne l’a jamais été auparavant ! Il n’arrête pas de répéter à sa maman qu’il pourra aller à l’école normalement comme les autres enfants. Il regarde ses pieds en disant « mes pieds ne sont plus les mêmes ». Malgré la contrainte des fixateurs externes, il sent qu’il va déjà beaucoup mieux et qu’il pourra retrouver une vie normale.

 

« Je m’appelle TOUGMA Justine, j’ai 24 ans et je viens de Dédougou, localité située à 352 km au sud-ouest de Kaya. J’ai été opérée à deux reprises au CMC en 2018, en février et en novembre pour mes genoux. Depuis mon admission ici, je bénéficie, comme les autres malades, d’un repas par jour sauf le dimanche. Pour ma part, j’apprécie bien les repas qui me sont offerts et cela est d’une aide capitale parce que c’est une chose de recevoir les soins mais l’autre est de pouvoir se nourrir durant un long séjour de soins comme le mien alors que je suis très loin de mon village. Ces repas qui nous sont offerts ici sont bien pour nous et nous font beaucoup du bien. Merci pour cette initiative et que Dieu bénisse et la rende perpétuelle ! »

« Je m’appelle TOUGMA Justine, j’ai 24 ans et je viens de Dédougou, localité située à 352 km au sud-ouest de Kaya. J’ai été opérée à deux reprises au CMC en 2018, en février et en novembre pour mes genoux. Depuis mon admission ici, je bénéficie, comme les autres malades, d’un repas par jour sauf le dimanche. Pour ma part, j’apprécie bien les repas qui me sont offerts et cela est d’une aide capitale parce que c’est une chose de recevoir les soins mais l’autre est de pouvoir se nourrir durant un long séjour de soins comme le mien alors que je suis très loin de mon village. Ces repas qui nous sont offerts ici sont bien pour nous et nous font beaucoup du bien. Merci pour cette initiative et que Dieu bénisse et la rende perpétuelle ! »

 

Vous pouvez agir ! Avec CHF 15.- vous offrez un repas par jour à un patient pendant une semaine d’hospitalisation.

 

Valeurs Nos valeurs humanitaires sont inspirées par notre éthique chrétienne.  Solidarité Le fondement de nos actions est la solidarité avec les personnes les plus vulnérables. Nous visons à promouvoir également un climat d’entraide entre les bénéficiaires eux-mêmes et au sein des communautés villageoises avec lesquelles nous travaillons.   Autonomie Notre approche favorise l’autonomie des bénéficiaires finaux en les rendant acteurs de changement, pour une réelle sortie de la pauvreté. Nos programmes sont construits avec les bénéficiaires finaux. Nous privilégions l’implication de ressources humaines locales pour la mise en œuvre de projets, en renforçant leurs compétences techniques et de leadership. Dans la résolution de problèmes, nous cherchons des solutions innovantes, durables et réplicables.  Proximité Morija est une organisation à taille humaine, privilégiant une relation de proximité vis-à-vis de ses donateurs, partenaires et bénéficiaires. Sur le terrain, nous mettons l’accent sur une approche participative avec les bénéficiaires, ce qui se traduit par une prise de responsabilité locale. Dans un monde interdépendant, nous croyons que la coopération interculturelle est une clé pour apprendre l’un de l’autre et permet l’enrichissement des points de vue face à un problème social.  Intégrité Nous nous efforçons de promouvoir l’intégrité à tous les niveaux de notre organisation. La transparence, la redevabilité, la rigueur dans la gestion et la tenue de nos engagements sont essentielles à nos yeux.  Dignité Morija considère chaque être humain comme une personne unique et de valeur. De ce fait, nous intervenons auprès de personnes sans distinction d’origine ethnique, de sexe, religion, ou opinion politique. Nous attachons une grande importance à la non-discrimination, à la qualité de nos prestations vis-à-vis des bénéficiaires, et privilégions une restauration de l’estime de soi.  Compassion L’amour du prochain est le moteur de notre action.

Chaque année, plus de 1000 patients recoivent des soins dans le Centre Médico-Chirurgical de Kaya. C'est uniquement grâce à votre précieux soutien que nous pouvons accomplir ce travail. Avec un don de CHF 100.- une personne handicapée retrouve la mobilité grâce à un appareillage orthopédique adapté ! 

Morija est titulaire du label de qualité ZEWO depuis 2005. Cela implique un contrôle régulier de nos comptes et garantit le bon usage de vos dons.